01/11/2014

Si vous vous reconnaissez ….

 

     bf.jpg

dans cette définition, alors je vous souhaite une

 

 

 

 

 

« Les saints sont des hommes ou des femmes et dans certaines traditions des anges distingués pour leur élévation spirituelle et proposés comme modèles de vie en raison d’un trait de personnalité ou d’un comportement réputé exemplaire. »

 

00:53 | Commentaires (0) | Tags : toussaints

31/10/2014

Voyage de Babel à Verdanson

 

1 couverture.JPG

L'art, pour moi, est avant tout dans le "tous les jours", il s'appelle l'art de vivre. Pour l'exprimer j'utilise le spontané, l'insolite, l'émotion, le singulier et l'enthousiasme. Pour le traduire sous une forme artistique, poétique, créative, j'ai quelques outils: des craies, des crayons, de l'encre, un appareil photo, etc . J'aime à croiser des expressions différentes et créer quelque chose de ces liens qui se nouent. Comme ce carnet de voyage "de Babel à Verdanson"

A découvrir dans la colonne de gauche de cette page.

Je remercie MissTic pour certains de ses messages et tous ces artistes anonymes qui se reconnaitront dans ce carnet.

30/10/2014

savoir être

 

insecte bordeaux.JPG

Etre heureux,

 

éprouver de l’amour,

du plaisir,

 

de la colère,

 

pleurer peut-être…

06:34 | Commentaires (1) | Tags : bordeaux

29/10/2014

Les amis inconnus

Jules Superviel, marseille

Il vous naît un ami, et voilà qu’il vous cherche,

Vous ne connaîtrez pas son nom ni ses yeux,

Mais il faudra qu’il soit touché comme les autres

Et loge dans son cœur d’étranges battements

Qui lui viennent de jours qu’il n’aura pas vécus...

28/10/2014

Tartaghjine

Une forêt enchantée où par frôlement, des songes s’inscrivent en moi. Je  vous les raconterai demain

tartagine sept2012 (11).JPG

06:47 | Commentaires (1) | Tags : corse du nord

27/10/2014

L’inaccessible étoile

dominique ottavi

 Comme la vie est courte et comme elle est rapide parfois.
J’ai le sentiment que je ne suis pas encore né,
que je flotte sur les vagues des limbes primordiales
 et que tout ceci ne me concerne pas vraiment.
Je suis allé au fond des enfers modernes,
chercher l’âme des nuits,
j’en ai remonté la tristesse et la désespérance devant le temps qui fuit,
tout ce gâchis en liberté face à l’œuvre, face à la nuit.
Débris d’empire, sommeil agité…

Dit maman elle commence quand la vie ?
J’ai peur du noir.

26/10/2014

Un jour ....

podcastmes rêves prendront leur revanche…

 saint florent.jpg

25/10/2014

Terre brûlée

st eustache (3).JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S’il est indispensable de comprendre le monde tel que nous l’avons construit politiquement, économiquement, socialement pour prétendre inverser le cours dramatiques des choses, il nous faut également revisiter la dimension subjective et poétique qui nous habite. Avant que d’être changé, le monde n’a-t-il pas besoin d’être ré enchanté ? N’avons-nous pas besoin de l’aimer et de le contempler pour retrouver l’énergie d’en prendre soin ?

 

24/10/2014

Le brise-lame

" Les pêcheurs savent que la mer est dangereuse et la tempête redoutable, mais ils n’ont jamais admis que les dangers fussent des raisons suffisantes pour rester sur la plage. Ils abandonnent cette sagesse à ceux qui la trouvent à leur goût. Que la tempête  se lève, que la nuit tombe ; qu’est-ce qui est redoutable, le danger ou la peur du danger ? "

sète (34),van gogh 

23/10/2014

L’Homme à la vie inexplicable

 

Paris, Henri GougaudBientôt l’envahit une tranquillité si émouvante et légère qu’il ferma à demi les yeux pour ne rien perdre de ses saveurs. Pourquoi avait-il cru la paix morte en lui, à jamais éloignée ? Elle était à nouveau là, forte, délicieuse, intacte. Laissant aller ses pensées, l’esprit traversé d’appels d’oiseaux, au loin, dans les feuillées ensoleillées, « quand on endure le tourment, se dit-il, pour toujours on se croit son esclave, et quand la paix est de retour, ce sont les souffrances qui semblent n’avoir jamais été, ce sont elles qui s’effacent dans un passé tout à coup si lointain que l’on se prend à douter de l’avoir jamais traversé. Quel homme de mauvaise foi ai-je été pour avoir cru mon malheur infini dans cette vie où rien n’est durable ni sûr, sauf les changements et retours incessants des êtres, des sentiments, des corps, des saisons et des jours ! ».